samedi 20 décembre 2014

ville (anecdotique)












LES VILLES DU FUTUR - ARTE+7 Le Dessous des cartes  



Éthologie

En 1870, voici le PIB des pays les plus riches en millions de dollars ( valeur de 1990):

- Chine : 189 740
- Inde : 134 883
- Royaume Uni : 100 180
- États Unis : 98 374  (ils passent devants le Royaume Uni en 1872, il y a 142 ans)
- Russie : 83 646
- Allemagne : 72 149
- France : 72 100

La Chine et l'Inde sont entrés dans le mode de production industriel ( âge du fer) à la même époque que les autres groupes eurasiens parce qu'ils sont situés à l'intérieur de "l'Iron Belt", le territoire du fer comme le montre Jared Diamond dans "De l'inégalité parmi les sociétés". Pour des raisons internes, ils ont pris du retard au XIX° siècle. C'est un retard relatif qu'ils sont en train de rattraper. Ce ne sont pas des pays émergents mais des pays en voie de rattrapage.

Les "pays émergents" sont les groupes humains qui passent du mode de production domestique ( la révolution agricole) ou du mode de production humain ( les chasseurs cueilleurs) à l'occasion de leur entrée en contact avec les humains du mode de production industriel.

Les villes sont les moteurs de l'explosion démographique parce qu'ils démultiplient la synergie des humains dans le mode de production domestique ( les Incas et les Aztèques) et dans le mode de production industriel ( les Eurasiens auxquelles il faut ajouter les Amériques et l'Australie car les Eurasiens s'en sont emparés). 

La démographie du mode de production domestique fondée sur la domestication du vivant plafonne à un demi milliard d'humains environ. C'est, plus ou moins, la population humaine terrestre il y a 2000 ans. 

La démographie du mode de production industriel fondée sur la domestication du non-vivant - plus de 7,3 milliards d'humains actuellement - n'a pas dit son dernier mot car il y a encore beaucoup de découvertes à faire dans le domaine du non-vivant qui s'étend peu à peu au système solaire. 

Le frein au développement de la  démographie des humains est dans la limite qu'ils commencent à rencontrer dans la disponibilité de certaines de leurs ressources de vie chez les vivants ( animaux et végétaux) et chez les non vivants ( air, eau et déchets, principalement).

C'est le nombre des vivants d'une espèce vivante qui fait sa puissance. Plus il y a d'humains, plus ils sont puissants. S'ils diminuent en nombre, ils seront plus faibles. Dans le premier cas, les villes seront de plus en plus populeuses. Dans le second cas, elles diminueront. 

Cela n'a guère d'importance.

Un humain, comme tout vivant, vit au jour le jour. Il est en permanence en quête de ressources de vie et à ce titre il est en concurrence permanente à l'intérieur de son espèce - pacifique en général et cruelle de temps en temps - que ce soit dans le mode de production humain, domestique ou industriel. 

C'est ainsi qu'il évolue au milieu des autres vivants et au milieu du non-vivant - qui évoluent eux-aussi. 

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire