mardi 7 avril 2015

Shakespeare (anecdotique)


Peter Ackroyd - Shakespeare

 

Éthologie

1) Au XVII° siècle, Londres passe de 150 à 200 000 habitants en partie grâce à Shakespeare  puisqu'à l'âge de 20 ans, en 1594, il quitte Stratford-upon-Avon pour la capitale. 

Cela signifie qu'à cette époque, les ressources de vie disponibles augmentent. 

Il trouve les siennes à écrire et représenter des pièces de théâtre. 

Les 200 000 habitants forment un grand nombre de groupes qui ont chacun leurs ressources de vie. Les groupes sont organisés en Dirigeants, Organisateurs et Opérateurs. Pour le théâtre, les Dirigeants sont en général des aristocrates. Shakespeare est un Organisateur. Les Opérateurs ce sont tous les ouvriers qui interviennent dans la construction des théâtres et leur fonctionnement au quotidien. 

Comme la population augmente, il y a de plus en plus de spectateurs. La concurrence est forte et parfois cruelle: il y a des rixes et parfois des morts. 

2) Pourquoi la population humaine ne cesse d'augmenter globalement même si elle recule dans certaines régions au point de disparaître? En 1800, il y a 10 millions d'humains au Royaume Uni et 60 millions aujourd'hui. 

Il y a, d'abord, un raisonnement de base qui s'applique à tous les vivants. Si à certains endroits il y a beaucoup d'animaux ou de végétaux d'une espèce donnée, c'est parce qu'ils y trouvent tout ce dont ils ont besoin. 

Mais ce développement atteint des limites que l'on constate moins souvent chez les humains. La raison est en liée à son cerveau, sa sociabilité et ses mains.

Un animal cherche ses ressources et des ressources pour ses petits. Même s'il vit en grand groupe, un animal, et encore moins un végétal, n'apporte pas de ressources à son groupe mais tout au plus à ses petits. 

A Londres, les humains qui domestiquent des animaux et des végétaux apportent des ressources pour des humains comme Shakespeare. Puis les méthodes de domestication ne cessent de démultiplier les ressources que les humains en tirent. 

3) Pourquoi n'y a t il pas de Shakespeare chez les animaux? 
Le groupe et la main ne cessent d'augmenter le nombre de neurones du cerveau des humains et le temps libre ne cesse de s'enrichir. Chez l'animal, il y a repos et attente. Chez les humains il y a des activités supplémentaires. 

L'humain a aujourd'hui environ 100 milliards de neurones. A l'époque où il en avait beaucoup moins, il était plus proche des autres animaux. Mais ce n'est qu'un animal dont le cerveau est devenu de plus en plus complexe. D'autant plus que les animaux non-humains ont développé d'autres complexités où ils sont bien supérieurs aux animaux. Si comme les humains, leur généalogie remonte à 2 milliards d'années, c'est qu'ils sont aussi adaptés qu'eux.

Il n'y a pas de Shakespeare chez les animaux mais il y a d'autres complexités inatteignables pas l'humain.  

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire