lundi 27 avril 2015

poète (anecdotique)


Une vie, une œuvre - Paul Valéry, sans faux-col

FC 
( lundi 27 avril 2015)



Éthologie


Il n'y a de vivant qu'au présent. Le passé est toujours passé et le futur n'est jamais arrivé. C'est une règle générale. 

Toute l'organisation mentale est liée à la sociabilité, au nombre d'humains qui se côtoient et aux nombres de groupes qui se trouvent à proximité.


Quand il est question d'un humain, il faut situer le présent et les groupes. 

A la radio, on parle de Paul Valéry. Ce nom est connu parce que l'on en parle dans l'enseignement secondaire et dans différents groupes culturels. Il est moins connu en dehors de la France car il y a moins de traductions en langues étrangères que de livres en langue française. Et plus on s'éloigne du point géographique et de son groupe état moins il y a de traductions. Il y a des langues dans lesquelles il n'est pas traduit.



Il est mort en 1945. Il a trois enfants qui ont vécu avec lui. Ses contemporains ont disparus et les gens de l'âge de ses enfants qui l'on connu sont peu nombreux.



Bientôt ce n'est plus qu'une sommes de textes. Ce qui compte c'est le nombre de ces textes qui existent et le nombre de ceux qui sont achetés.



Quel est le rôle d'un texte chez l'humain?



Le livre est, en 2015, l'un des innombrables outils technologiques qui permet aux humains d'être 7 milliards. Imaginons que tous les livres disparaissent, y compris ceux qui existent dans l'univers informatique. La disparition des livres amènent les humains à 5 000 avant aujourd'hui, une époque où il y a quelques centaines de millions d'humains.



Quelle différence y a t il par rapport à aujourd'hui ? Aucune. Le présent est un absolu. A l'instant présent, chaque humain a un âge. Ce qu'il est il y a dix ans n'a aucune importance sur l'instant car deux présents ne coexistent pas. Les souvenirs peuvent transformer le présent mais ce ne sont pas des présents. Plusieurs souvenirs peuvent se précipiter dans la tête d'un humain mais il n' a qu'un seul présent et un seul acte a lieu.



Paul Valéry est au présent de 1871 à 1945.



Il est écrivain, fonctionnaire, académicien. C'est comme un film. Au moment où on le réalise, chaque prise de vue qui va avoir lieu est inattendue. Une fois que la scène est tournée, elle est irrévocable : Paul Valéry a créé environ 1 million de synapses à la minute : cette seconde est programmée puis ce programme est inchangeable. Chaque prise de vue est inattendue dans le cadre des possibles du lieu et du moment: s'il est prévu qu'il va déclamer M. Teste, on n'enregistre pas la Cimetière Marin.



S'il a été été écrivain, fonctionnaire ou académicien c'est le résultat de toutes les interactions dont il a été le l'objet. Au moment de sa mort, à 74, il est le résultat de:



- 74 années x 365 jours x 24 heures x 60 minutes x 1 million de synapses, 

donc : 2 342 304 000 000 000 synapses soit 2,3 tera synapses.



Cela s'appelle « la liberté ». Chez Paul Valéry, il y a 2,3 teras de différences possibles par rapport à tous les autres humains.



Il y a des centaines de milliers de lecteurs de Paul Valéry car sa configuration au moment où elle entre en concurrence pour le choix d'une ressource de vie avec une autre configuration humaine l'emporte des centaines de milliers de fois. 

Copyright - GS 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire