mardi 17 février 2015

populisme (anecdotique)













 

 

 

 

 

 

Cécile Alduy et Stéphane Wahnich - Marine Le Pen prise aux mots

FC

Éthologie 

Les humains sont des animaux sociaux. Ils sont en quête permanente de leurs ressources de vie et de leurs ressources de reproduction au sein de groupes que l'on nomme aujourd'hui "état".

Des états, il y en a toujours eu et ce depuis le mode de production humain ( les chasseurs cueilleurs) qui devait comporter moins d'une centaine d'humains jusqu'aux états actuels qui dépassent les centaines de millions pour les plus importants. 

Dans un état, il y a des nationaux et des étrangers. La sociabilité entre nationaux est importante et la sociabilité vis à vis des étrangers minimale. A l'époque où les nationaux sont très éloignés des étrangers, ces derniers sont des ennemis qu'il faut tuer ou prendre en captivité. 

L'existence de 7 milliards d'humains amène peu à peu l'idée de créer un État Terre qui les regroupent tous. L'ONU et ses organismes en sont les prémices.

A l'intérieur d'un état, la concurrence entre tous les humains est générale. Elle est pacifique la plupart du temps mais le but de chacun est d'avoir la maximum de ressources de vie et de reproduction. 

L'état forme un groupe où il y a le sous groupe des dirigeants, le sous groupe des organisateurs et le sous groupe des opérateurs. Dans le mode de production industriel, c'est la démocratie qui désigne les dirigeants: ils présentent un programme et tous les membres du groupe votent pour celui qui les intéresse le plus. Chacun estime qu'il est le meilleur et que l'autre camp est mauvais. C'est à l'usage que l'on se rend compte de la valeur du programme. 

Il y a des programmes qui renforcent le rejet des étrangers et favorisent les nationaux. Ils proposent également de modifier le système d'élection au profit d'une démocratie plus restreinte. D'un point de vue éthologique, c'est le mieux adapté qui l'emporte. Et le mieux adapté va dans le sens de plus de concurrence pacifique.

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire