jeudi 19 février 2015

chant (anecdotique)












 

 

 

 

 

 

 

Laurent Legrain - Chanter, s'attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie

Citation:
" Ma thèse traitait de l’attachement des Mongols pour le chant et plus généralement pour ce que j’ai appelé un continuum sonore qui comprend les sons provenant du monde naturel ainsi que ceux du monde humain. "


FC

 

Éthologie

Tous les animaux communiquent. Ils ont un cerveau parce qu'ils sont hétérotrophes et doivent sans cesse se mouvoir pour trouver leurs ressources de vie et leurs ressources de reproduction.

Ils communiquent à l'intérieur de l'espèce soit pour coopérer soit pour se tenir à distance.
Ils communiquent vers les autres espèces, en général, pour les repousser ou pour s'en nourrir. 

Les oiseaux et les humains chantent alors que quelques autres animaux poussent des cris. Chez les oiseaux, c'est un moyen de marquer leur territoire ou d'appeler un partenaire de reproduction.  Les loups qui hurlent semblent répondre aux mêmes besoins. 

Chez les humains le chant joue un rôle analogue. Il est un complément de la parole.

Il montre toute la diversité de communication qu'apporte le son produit par l'orifice buccal chez les animaux.

L'humain est sociable et ses mains sont des outils et des outils d'outils. Depuis qu'il apparaît, le bruit qu'il provoque est de plus en plus important. Par le bruit et par son nombre il s'empare de territoires de plus en plus vastes aux dépens des autres vivants. Son empreinte dans le continuum sonore est quasi exclusive dans les zones urbaines. 

Son chant amplifié par les outils du mode de production industriel n'est qu'un élément mineur au milieu du bruit qu'il provoque. 

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire