lundi 5 janvier 2015

jeune (anecdotique)


Ludivine Bantigny - La fabuleuse histoire des journaux lycéens - Libre et impertinents depuis 1968

FC


Éthologie

Une maître de conférences parle des jeunes d'aujourd’hui. C'est le prêtre nouveau qui nous donne la lecture de la bonne parole du jour. Dans des centaines d'années peut-être leur imposera-t-on le célibat comme on le fit pour les descendants des amis de JC de la tendance catholique.

Les "jeunes" existent depuis l'apparition de l'école primaire pour tous, puis secondaire et enfin universitaire à l'époque où il y a un milliard d'humains. Tous les pauvres ne décrochent pas un diplôme universitaire, se plaint-elle. Mais on n'en a pas besoin autant que de postes de travail totaux correspondant à la population active soit 30 183 876 en 2014. Mais elle doit penser qu'il y a plus d'étudiants provenant des catégories socio-professionnelles aisées que d'étudiants provenant des catégories socio-professionnelles moins aisées.


Le jour où tous les enfants naissent dans les Grandes Couveuses de France (CCF) , il y a autant de diplômés qu'il faut et comme ils sont tous de la même origine, il n'y a plus ce problème d'injustice. Mais il y a d'autres problèmes d'injustice car le terme ne fait que recouvrir la concurrence permanente et générale entre tous les vivants à l'intérieure de leur espèce et entre espèces essentiellement pacifique mais parfois cruelle surtout entre les espèces.

Il ne peut y avoir de CCF qu'à l'horizon de centaines ou de milliers d'années. D'ici là, c'est le rapport de force des différentes CSP qui déterminent leur représentativité à l'Université.


Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire