mercredi 21 janvier 2015

funérailles (anecdotique)

Illustration : Le personnage du Masqué,<br />lors d’une représentation du groupe Mini Nzang<br />© Franck Beuvier, 2002.

Franck Beuvier - Danser les funérailles - Associations et lieux de pouvoir au Cameroun

FC


Éthologie

Tous les vivants disparissent qu'ils soient végétaux ou animaux. La disparition peut-être en quelque sorte programmé - chaque vivant a une limite de durée de vie maximum - ou accidentelle - la mort  peut intervenir dès la fusion d'une cellule sexuelle femelle et d'une cellule sexuelle mâle. 

Chez les animaux sociaux, le groupe joue un rôle fondamental et l'apparition d'un nouveau membre comme sa disparition sont des évènements importants car il a pour résultat d'en améliorer ou d'en diminuer les ressources de vie

La disparition d'un vivant dans un groupe est considéré comme une perte voire un échec dans la majorité des cas. Dans une minorité de cas, elle est considérée comme normale.  Selon le cas, il y a de la tristesse ou de la joie.  

Les humains sont sociaux mais ils sont également en concurrence permanente. La sociabilité favorise la concurrence pacifique.  Un humain qui meurt est également un concurrent en moins et  un concurrent vaincu sans lutte. 

Les vivants pleurent un allié dans le groupe et ils se réjouissent et se vengent d'un concurrent qui a cessé de l'être. C'est le fondement des cérémonies de funérailles.  

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire