samedi 23 mai 2015

africain (anecdotique)












Naomi Klein - « Tout peut changer »

FC


 

 

 

 

 

 

 

 

Éthologie

1) - En 7 millions d'années, les humains sont passés d'une espèce faisant partie des primates à l'espèce la plus nombreuse parmi tous les grands et moyens animaux. 

Ce sont les mains qui en sont la cause. La sociabilité et le cerveau développé existent chez tous les primates mais ce sont les mains qui en lien avec ces deux points forts amènent le cerveau de 600 à 1400 g environ avec toute la capacité à gérer la complexité que cela permet. 

Ce n'est pas le résultat d'une décision d'un vivant ou d'un non-vivant qui en est à l'origine mais c'est l'évolution normale de l'Univers.

 

2 - Il y a 200 000 ans, avec l'apparition de l'homo sapiens commence l'explosion démographique de cette espèce.

Grâce au Mode de Production Humain ( chasseurs - collecteurs), les humains passent entre 200 000 et 15 000 avant aujourd'hui de quelques centaines de milliers uniquement installés en Afrique à quelques dizaines de millions répandus sur une grande partie de la Terre.

Avec le Mode de Production Domestique ( domestication des végétaux et des animaux) les humains atteignent quelques centaines de millions il y 5 000 ans. 

Enfin grâce au Mode de Production Industriel ( domestication du non vivant), il est question de 9 milliards en 2050.

On ne peut que le répéter: ce n'est pas le résultat d'une décision d'un vivant ou d'un non-vivant qui est à l'origine de ce phénomène mais l'évolution normale de l'Univers.

 

 

3 - Les points forts des humains ce sont : leurs mains, leur cerveau et leur sociabilité. Tant que leurs ressources de vie augmentent, leur nombre augmente également. 

 

Conclusion

Donc ce n'est ni un vivant, ni un non-vivant qui détermine leur évolution mais la disponibilité des ressources. A l'horizon de 2050, rien n'arrête la progression du nombre des humains.  

Copyright - GS

 

 


Débat

Éthologie
- En 7 millions d'années, les humains sont passés d'une espèce faisant partie des primates à l'espèce la plus nombreuse parmi tous les grands et moyens animaux. 
Ce sont les mains qui en sont la cause. La sociabilité et le cerveau développé existent chez tous les primates mais ce sont les mains qui en lien avec ces deux points forts amènent le cerveau de 600 à 1400 g environ avec toute la capacité à gérer la complexité que cela permet. 
Ce n'est pas le résultat d'une décision d'un vivant ou d'un non-vivant qui en est à l'origine mais c'est l'évolution normale de l'Univers.

Voir en dessous : Le monde

L’évolution a fait que grâce aux mains et à la sociabilité, le cerveau, stimulé, a augmenté. Donc, oui, ce n’est pas une décision d’un vivant mais l’évolution.

« Stimulé »: pas tout à fait. Nous sommes en évolution et le plus adapté vit et le moins adapté disparaît. « La prise de poids du cerveau » se fait en 3 millions d'années c'est à dire si une génération c'est 20 ans, cela fait 150 000 générations. Les homos sapiens existent depuis 200 000 ans soit 10 000 générations, 15 fois moins.

-----

- Il y a 200 000 ans, avec l'apparition de l'homo sapiens commence l'explosion démographique de cette espèce.
Grâce au mode de production humain ( chasseurs - collecteurs), les humains passent entre 200 000 et 15 000 avant aujourd'hui de quelques centaines de milliers uniquement installés en Afrique à quelques dizaines de millions répandus sur une grande partie de la Terre.
 
Je ne comprends pas ce paragraphe : il manque de virgules ( !)
Il manque les césures :
Grâce au mode de production humain ( chasseurs - collecteurs), les humains passent entre 200 000 et 15 000 avant aujourd'hui
- de quelques centaines de milliers uniquement installés en Afrique
- à quelques dizaines de millions répandus sur une grande partie de la Terre.

----

Avec le mode de production domestique ( domestication des végétaux et des animaux) les humains atteignent quelques centaines de millions il y 5 000 ans. 
Enfin grâce au mode de production industriel ( domestication du non vivant), il est question de 9 milliards en 2050.
On ne peut que le répéter: ce n'est pas le résultat d'une décision d'un vivant ou d'un non-vivant qui est à l'origine de ce phénomène mais l'évolution normale de l'Univers.
 
Pourquoi ? Quel phénomène ? La démo qui augmente ??? ou l’augmentation de leurs ressources de vie ? Ce que laisse penser le § suivant…

Chez les vivants, il y a un système circulaire :
plus il y a de ressources de vie, plus il y a de vivants
Chez les humains depuis 200 000 ans s'ajoute un phénomène supplémentaire :
Plus il y a d'humains, plus il y a de ressources de vie car grâce aux mains, aux cerveaux et à la sociabilité, les humains non seulement trouvent des ressources de vie mais ils en créent de nouvelles dont ils les augmentent. S'ils les augmentent, leur démographie augmente.
 
- Exemple pour les chasseurs-collecteurs ( on dit comme ça depuis quelques temps) : en s'unissant, ils poussent les bisons vers une falaise. Ceux-ci tombent et il y a plein de viande à l'arrivée. Seuls les humains le font à cette échelle.
 
- Exemple pour le mode de production domestique : il y a des champs de céréales immenses et des troupeaux très importants. Donc toujours plus de ressources de vie. Seules les fourmis domestiquent des champignons et des pucerons.
 
- Exemple pour le mode de production industriel :
Les tankers de 500 000 tonnes apportent du pétrole du Moyen Orient et les portes conteneurs autant de denrées alimentaires ou de voitures, etc ...

Pour les humains on a donc le droit de dire que plus il y a d'humains, plus il y a de ressources alors qu'on est habitué à dire plus il y a de ressources et plus il y a de vivants.

Il n'empêche qu'un jour arrive où ça bloque :
Si la température de la Terre augmente de 2°, il y aura moins de champs cultivés
Un jour, les déchets de toutes sortent deviendront mortifères
Un jour, il y aura des ressources très importantes ( nucléaire, pétrole, etc ..) qui seront insuffisantes.
Et là on reviendra à la règle première où la démographie dépend des ressources de vie et où l'augmentation des vivants rend les ressources de vie insuffisantes.

----

- Les points forts des humains ce sont : leurs mains, leur cerveau et leur sociabilité. Tant que leurs ressources de vie augmentent, (à cause de leurs mains, leur cerveau et leur sociabilité ?) leur nombre augmente également. 
 
Oui

-----


Donc ce n'est ni un vivant, ni un non-vivant qui détermine leur évolution mais la disponibilité des ressources. A l'horizon de 2050, rien n'arrête la progression du nombre des humains. 



Donc c’est là où il y a le moins de ressources de vie qu’il y a prolifération des humains.
 
Si tu es d'accord avec les textes en bleu, tu comprends que s'il y a tant d'africains c'est parce qu'ils ont beaucoup de ressources …. par rapport à leur exigences. C'est essentiellement de la nourriture. Ils ont peu de ressources du mode de production industriel. Mais ça va arrivé comme c'est arrivé pour l'Asie depuis 100 ans.
Ils « prolifèrent » à nos yeux mais pas aux leurs. Dans 100 ou 200 ans, il y aura un ou deux enfants en Afrique par couple.


Pourtant, ils ont la sociabilité, les mains, le cerveau, mais ce dernier, s’il pèse 1400g, est insuffisamment « informé » pour leur permettre de limiter leur naissance, de faire fructifier leurs ressources de vie qui existent bel et bien.

La limitation des naissances s'apprend par la règle du mieux adapté. Tant que les Africains sont satisfaits de leur mode de vie, il n'y a pas de raison que cela change. Quand ils seront aussi riches que les Européens, ils agiront comme les Européens. A noter que tous les pays africains n'ont pas une démographie galopante. Il y en a où à chaque génération, ne survit que zéro, un ou deux enfants. Dans les deux modes de production précédents c'est la faim ou la maladie qui règle les naissances. En 1515, nait la Grande Thérése d'Avila fondatrice du Carmel. Sa mère meurt à 33 ans d'épuisement après avoir donné naissance à 11 enfants.


Auquel cas (si leur cerveau était + informé) ils seraient moins nombreux mais bénéficieraient de plus de ressources de vie.
 
C'est ce qui se passe dans les pays de l'OCDE.

Reste pour toute la planète la GESTION des ressources de vie, c-à-d la consommation des ressources de vie sans détruire la planète.
 
That is the problem !

PS : On pourrait y passer des jours et des nuits
Pourquoi pas !

Protéger la planète c’est limiter la progression du nombre des humains (2 enfants par couples).
Non, hélas car plus il y a d'humains, plus il y a de mains, de cerveaux et de sociabilité donc plus la conquête du système solaire est possible !

L’évolution fera que, peut être, la femme en état de procréer, craignant mensuellement d’avoir + de 2 enfants, se métamorphosera de l’intérieur par un phénomène « hormonal » ou autre, qui la ménopausera à 30 ans (bin oui !!! pourquoi pas…… d’ici 500 ans).  
L'évolution peut aller dans ce sens. Mais cela confirme que « ce n'est pas le résultat d'une décision d'un vivant ou d'un non-vivant qui est à l'origine de ce phénomène mais l'évolution normale de l'Univers. »


L’évolution c’est ça – Sinon c’est du médico/pharmaceutique et on sort de l’éthologie
Non. Le médico/pharmaceutique c'est une ressource de vie. Puis l'évolution comme tu le décris au-dessus peut prendre la place.

-----------------------------------------------------------


Le Monde
Un quart de la population mondiale vivra en Afrique d'ici 2050, a annoncé mardi 12 août l'Unicef, alors que les taux de natalité continuent d'y augmenter rapidement. « Sur la base des tendances actuelles, d'ici 35 ans, 25 personnes sur 100 seront des Africains », selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance présenté à Johannesburg.
A cette date, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde vivront sur ce continent. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et première puissance économique du continent, représentera à lui seul 10 % des naissances dans le monde d'ici 2050.
La population africaine, qui compte actuellement 1,2 milliard d'habitants, doublera d'ici le milieu du siècle et atteindra 4,2 milliards d'ici 2100, selon l'Unicef. Cette croissance démographique entraînera une surpopulation encore plus forte, et d'ici la fin des années 2030 la plupart des Africains vivront dans des villes.

En savoir plus sur Le Monde 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire