dimanche 9 août 2015

condamné (anecdotique)









George Chaworth Musters - At Home with the Patagonians

( page 489 - Histoires du bout du monde - Une anthologie des récits de voyage en Patagonie )

"J'en arrive aux condamnés. Carmen ( Carmen de Patagones) fut à ses débuts un établissement pénitentiaire de "frontière", un peu comme Punta Arenas: mais la stricte discipline de  la colonie chilienne fait défaut à Carmen. Buenos Aires envoie ici des déserteurs, des voleurs et des bandits de toute sorte. A leur arrivée, ces hommes sont enrôlés dans l'armée, ou laissés libres, ils peuvent alors travailler comme il leur plaît, ou gagner leur vie d'une quelconque autre façon. Ils ne peuvent d'échapper, parce qu'il n'est pas question de sortir d'ici par mer, et le risque à peu près certain d'être tué ou capturé par les Indiens "Pampas" suffit à les dissuader de s'enfuir par l'intérieur. On n'exerce donc sur eux aucun contrôle. Le vol de chevaux, quand on laisse quelque animal sans surveillance, est pour eux une sorte d'obligation morale, et les vols de toute sorte sont fréquents, et pratiquement jamais punis; cependant que le meurtre, au cas rare où l'on découvre les coupables, signifie simplement qu'on les renvoie à Buenos Aires pour qu'ils soient jugés, ce qui donne une nouvelle condamnation à la déportation ici. On rapporte qu'un nommé Ruiz a déjà fait quatre fois l'aller-retour de Buenos Aires pour des crimes qu'il a commis, et cet homme se vantait ouvertement que s'il voulait faire le voyage il tuait quelqu'un ... L'ordonnance du commandant était aussi un assassin condamné à la relégation. Il est plus facile d'imaginer que de décrire l'état d'une société qui laisse aller en liberté de tels malfaiteurs, tous munis d'un coutelas, dont ils se servent à la moindre occasion ... Il y a des meurtres chaque semaine, et chacun doit porter une arme pour se défendre, peu de personnes d'ailleurs se risquant à sortir de la localité sans revolver."

Éthologie

Grâce à ce système, les dépenses de prison sont allégés.

Remarquons que les cowboys avec pistolets du XIX° siècle américain ne sont pas tous des assassins puisqu'un grand nombre de films en font l'éloge. 

En 2015, il n'y a plus de lieu où l'on puisse déporter les condamnés: ils se retrouvent en prison qui est couteuse et semble moins efficace que la déportation. 

Des technologies plus sophistiquées apparaissent: les bracelets électroniques mobiles sont une solution pour les petits et moyens délits. 

L'enfermement avec maintien d'une vie active complète est une voie à approfondir pour les crimes les plus graves. 

Copyright - GS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire