jeudi 30 juillet 2015

crise (anecdotique)



C'est la crise?

1) La croissance décline: en dessous de 3% d’accroissement annuel il n'y a pas  de création d'emplois nouveaux. 
Les taux annuels moyens de la croissance étaient:
- entre 1950 et 1974 : au dessus de +5% par an
- entre 1975 et 1989 : en dessous de +2,5
- entre 1990 et 2007 : à +2%

2) Le chômage augmente sans cesse.

Il représentait 3,5% de la population active en 1975. Et il est à 11% en 2014.


Éthologie

- L'élément  premier d'un groupe "état" c'est le nombre d'humains qui le constitue. Chaque jour, il en apparaît et il en disparait. Le différentiel est positif, neutre ou négatif. 

Voici une vision de la situation du groupe "france": 

Ce groupe passe de 42 millions en 1950 à 66 millions en 2015 soit une progression d'environ 24 millions en 65 ans soit presque 50% en plus.


- Puis vient le PIB par habitant c'est-à-dire les ressources de vie dont chaque humain du groupe "france" dispose en moyenne du plus pauvre au plus riche. Ces chiffres sont des valeurs d'une année donnée. Ils ne tiennent pas compte de l'inflation. Ils sont en dollars donc ni en francs ni en euros. 


- Conclusion: 
En 1980, il y a 55 millions d'humains dans le groupe "français" et 66 millions en 2014. 
Le PIB moyen est passé alors de 13 111$ à 44 538$. 
Le nombre des humains augmentent de 20% et le PIB par habitant augmente de 300%. 

Ce que l'on appelle "crise", c'est le souhait de chaque humain d'augmenter ses ressources de vie 
a) en en créant de nouvelles 
b) et par la concurrence avec tous les autres humains à l'intérieur d'un groupe "état" et entre tous les groupes "état". 

Chez tous les vivants, la "crise" est permanente: c'est la concurrence pacifique ou cruelle à laquelle ils se livrent pour la quête de leurs ressources de vie. L'augmentation, la stagnation ou la diminution du nombre des vivants ou de leurs ressources de vie est un résultat global. 

La crise n'existe pas. Il n'y a qu'évolution.

Copyright - GS

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire